usine de granulés de bois
279 Visualisations

CG : nf

CT : Cogra, en bourse, pour financer une usine de granulés de bois.
Le producteur mendois de granulés de bois, Cogra, est en pleine préparation de son introduction en bourse sur le marché Alternext : la première cotation est programmée le 21 novembre. « L’objet principal de l’opération est de financer la construction d’une usine », affirme Bernard Chapon, le dirigeant de l’entreprise lozérienne.

S : http://www.usinenouvelle.com/article/cogra-en-bourse-pour-financer-une-usine-de-granules-de-bois.N161811 (consulté le 5.02.2014)

N : 1. usine (nf) : 1732 ; «~hs~boutique, atelier~hs~» 1355. Du latin officina, par wisine, et uisine «~hs~fabrique, forge~hs~» 1274.
de (prép) : IXe siècle. Du latin classique de, préposition qui marquait la séparation, l’éloignement, l’union, l’association, la partition, la conséquence, l’origine, et qui a servi, dès la période classique, dans la langue familière, à renforcer les formes d’ablatif, puis a concurrencé, en bas latin, le génitif partitif et de possession.
granulés (nmpl) : granulé, -ée adj. et n. XVIIIe siècle. Participe passé de granuler (XVIIe siècle. Dérivé savant du bas latin granulum).

  • Adj. Qui semble formé de petits grains. Marbre granulé. Qui est formé de petits grains. Chocolat granulé.
  • N. m. Petit grain d’une substance quelconque. Nourrir des volailles avec des aliments en granulés. Granulés antiparasitaires. PHARM. Préparation médicamenteuse constituée d’un composant neutre et d’une substance active, et qui se présente sous la forme de grains à l’aspect irrégulier. Prendre une cuillère à soupe de granulés.

de (prép) : IXe siècle. Du latin classique de, préposition qui marquait la séparation, l’éloignement, l’union, l’association, la partition, la conséquence, l’origine, et qui a servi, dès la période classique, dans la langue familière, à renforcer les formes d’ablatif, puis a concurrencé, en bas latin, le génitif partitif et de possession.
bois (nm) : XIe siècle. Probablement issu de l’ancien bas francique bosk, « buisson », par l’intermédiaire du bas latin bosci, « terrain boisé ». Matière organique, compacte et fibreuse, plus ou moins dure, constituant les racines, le fût et les branches d’un arbre, d’un arbuste, formée du tissu vasculaire qui conduit la sève, d’un tissu de réserve et d’un tissu de soutien.
2. Le procédé de fabrication :

  • Approvisionnement : La matière première est constituée de plaquettes forestière, de sciure de menuiserie ou de broyat de palette 1er choix.
  • Broyage affinage : la matière première est stockée dans 1 trémie, puis amenée dans 1 broyeur affineur à marteaux. De là, elle est aspirée dans 1 silo de pré stockage.
  • Transformation : La sciure est amenée vers 1 mélangeur qui permet d’homogénéiser et de rajouter de l’eau quand le produit est trop sec (le produit doit atteindre 8% d’humidité) ; puis vers la presse qui transforme la sciure en granulés par compression. Le granulé n’a pas besoin de liant car la lignine intégré au bois forme ce liant.
  • Conditionnement : les granulés sont refroidis (ils sortent de la presse a 80 °) puis tamisés et stocké dans 1 silo de stockage ; de la, ils sont conditionné en seaux de 10 Kg ou en « big-bag » de 650 Kg.

S : 1. LPR (2012) ; DAF ; FCB. 2. http://www.lesgranulesdebois.fr/fabrication (consulté le 6.02.2015).

SYN :
S :

RC : biomasse, énergie de biomasse, granulé de bois.