ébourgeonnage
379 Visualisations

CG : nm

CT : En principe les techniques présentées doivent permettre une mise à fruit relativement rapide : par les éléments nutritifs et par la taille.
Remarque à ce sujet : certaines tailles freinent la fructification, mieux vaut pas de taille qu’une taille maladroite.
En vallée de Garonne par exemple, sur le site du Conservatoire, la mise à fruits a lieu en 3 ans. La production de fruits est ralentie non par la taille mais par l’éclaircissage ou l’ébourgeonnage.
Par ailleurs, un nombre optimal de fruits par arbre entraîne naturellement un calibrage homogène.
Contrairement à ce qui est souvent prétendu, l’alternance d’années de production et d’années sans mise à fruit est plus liée à la sélection des variétés, ou à des tailles mauvaises ou ayant entrainé une production trop intense certaines années.
À noter que la production fruitière en bout de branche encourage la mise à fruit sur le restant de la branche, alors qu’un rabattage entraîne la production de bois. Attention au sécateur…
La fructification dans le système de haies, décrit plus bas, semble accélérée par les conditions limitantes liées à la présence des autres plantes.

S : http://www.civampaca.org/IMG/pdf/compte-rendu_formation_haies_fruitieres_-_14_decembre_-_plan_d_orgon_4.pdf (consulté le 26.12.2014)

N : 1. ébourgeonnage ou ébourgeonnement, XVIIe siècle, esbourjonnage ; XVIe siècle, esbourgeonnement. Dérivés d‘ébourgeonner.
Action d’ébourgeonner (XVe siècle. Dérivé de bourgeon ; débarrasser un arbre, une plante des bourgeons superflus) ; résultat de cette action.
2. Dans le domaine de la Sylviculture : Opération qui consiste à éliminer les bourgeons latéraux d’une tige de façon qu’ils ne forment pas de branches.
3. Taille de formation ou d’entretien consistant à supprimer les branches surnuméraires ou inutiles d’un végétal.
Famille dérivationnelle : ébourgeonner ; bourgeon.
Forme concurrente : éboutonnage ; désafleurage.
Domaine : Horticulture.
Sous-domaine : Taille.
Note technique : Cette taille sert à arrêter la croissance des bourgeons et de favoriser celle des autres bourgeons ; elle se pratique au printemps.
Relations :
Genre du terme : taille de formation/taille d’entretien.
Isonyme : étêtage ; recépage.
Équivalent anglais : bud removal.
4. Dans le domaine de la Production viticole : L’ébourgeonnage végétatif consiste à supprimer les bourgeons et les jeunes pousses après le départ de la végétation. Il s’inscrit dans le cadre de pratiques prophylactiques limitant l’entassement de la végétation et la création de micro-climats humides favorables au développement de maladies cryptogamiques.
Il est réalisé en même temps que l’essoumassage , qui consiste à supprimer les pousses inutiles au niveau du tronc. Sur la campagne 2008, l’ébourgeonnage et l’essoumassage ont été réalisés juste après le baissage.
5. Différences entre « ébourgeonnage » et « épamprage » dans le domaine de la Viticulture :

  • L’ébourgeonnage consiste à limiter le nombre de bourgeons par rameau afin de maîtriser le rendement et la végétation.
  • L’épamprage consiste à enlever les rameaux non fructifères, appelés « gourmands », du tronc des ceps de vigne afin de canaliser la sève vers les zones fructifères du pied de vigne.

Ces opérations se font après la période de gel (mai).

S : 1. 2. GDT ; TERMIUMPLUS. 3. TERMINALF – http://terminalf.scicog.fr/cfm/fich-1.php?IDChercher=12555&numtable=&NomBase=Rosiers.mdb (consulté le 26.12.2014). 4. http://www.domaine-tupinier.com/les_4_saisons.htm (consulté le 21.06.2014). 5. http://references-sante-securite.msa.fr/files/SST/SST_1318419283431_FICHE_BOURGEONNAGE.pdf (consulté le 26.12.2014).

SYN : ébourgeonnement

S : DAF

RC : biomasse, coupe rase, élagage, émondage, énergie de biomasse, gaule, souche.