chaîne de blocs
644 Visualisations

CG : nf

CT : La chaîne de blocs (blockchain en anglais) est une invention récente qui permet à un groupe d’acteurs qui ne se font pas mutuellement confiance (voire qui ne se connaissent pas) de parvenir quand même à un accord sur un livre des opérations commun. Ce livre contient la liste ordonnée des transactions entre ces acteurs.
La chaîne de blocs est surtout connue par son utilisation dans le système de paiement Bitcoin. Mais elle a bien d’autres applications que celles du monde de la finance. Avant elle, un accord sur une liste d’opérations nécessitait quasiment toujours un tiers auquel tous les acteurs devaient faire confiance. Depuis, cet accord peut se faire de manière complètement pair à pair, sans autorité centrale.

S : https://www.afnic.fr/medias/documents/dossiers_thematiques/Dossier_Thematique_Afnic_-_Les_chaines_de_blocs_2017.pdf (consulté le 15.05.2017)

N : 1. – chaîne (nf) : XIIe siècle. Du latin catena, « chaîne », puis, au figuré, « contrainte, barrière », et « enchaînement, suite ».
– de (prép) : IXe siècle. Du latin classique de, préposition qui marquait la séparation, l’éloignement, l’union, l’association, la partition, la conséquence, l’origine, et qui a servi, dès la période classique, dans la langue familière, à renforcer les formes d’ablatif, puis a concurrencé, en bas latin, le génitif partitif et de possession.
– blocs (nmpl) : Du mot « bloc ». XIIIe siècle, « tronc où sont collectées les aumônes ». Emprunté du moyen néerlandais bloc, « tronc abattu ». Ensemble d’éléments réunis en un tout.
Calque de l’anglais blockchain.
2. Mode d’enregistrement de données produites en continu, sous forme de blocs liés les uns aux autres dans l’ordre chronologique de leur validation, chacun des blocs et leur séquence étant protégés contre toute modification.
3. La chaîne de blocs est notamment utilisée dans le domaine de la cybermonnaie, où elle remplit la fonction de registre public des transactions.
4. Base de données distribuée et sécurisée, dans laquelle sont stockées chronologiquement, sous forme de blocs liés les uns aux autres, les transactions successives effectuées entre ses utilisateurs depuis sa création.
5. La première chaîne de blocs est apparue avec les premiers bitcoins pour servir de registre des transactions et remplacer les intermédiaires entre acheteurs et fournisseurs de produits et de services. Ses champs d’application s’étendent à divers domaines comme par exemple les transports, la location, la santé, les banques.
6. Le terme « chaîne de blocs », calqué sur l’anglais blockchain, s’intègre au système linguistique du français. En effet, « chaîne » désigne un ensemble d’éléments successifs liés entre eux.

S : 1. DAF (consulté le 15.05.2017) ; FCB. 2 et 3. FT – https://lc.cx/iBdE (consulté le 15.05.2017). 4 à 6. GDT – http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26531717 (consulté le 15.05.2017).

SYN :
S :

RC : bitcoin, intelligence artificielle, intelligence computationnelle, Internet des objets, mégadonnées, validation de bloc.