langage naturel
418 Visualisations

CG : nm

CT : Pour le créateur de l’informatique, Alan Turing, l’intelligence artificielle triompherait lorsqu’un programme informatique réussirait à convaincre un interlocuteur qu’il était humain. C’est le fameux “test de Turing” qu’aucune machine n’a réussi à passer depuis – même si plusieurs “agents conversationnels” s’en sont approchés. C’est dire si la reconnaissance et la pratique du “langage naturel” sont une discipline clé de l’intelligence artificielle. Mais c’est aussi une de celle qui avance avec le plus de difficultés. Pourtant, ces derniers mois ont été riches en avancées qui laisseraient à penser que le problème serait en phase de résolution. Stephen Wolfram à créé un « moteur de connaissances » interrogeable en langage naturel, WolframAlpha. Apple a beaucoup communiqué sur son assistant personnel Siri (même si les avis des consommateurs sur son efficacité restent assez partagés). Et pour la première fois un ordinateur s’est révélé meilleur que des humains au Jeopardy (un jeu qui n’a pas la noblesse des échecs, mais qui présuppose de la part du joueur une compréhension correcte du langage, non seulement en terme de syntaxe et de vocabulaire, mais surtout la capacité de comprendre le contexte d’un indice, bref, le sens des mots).

S : http://www.internetactu.net/2012/09/05/lavenir-de-la-programmation-36-programmer-le-langage-naturel/ (consulté le 6.07.2014)

N : 1. langage (nm) : XIIe siècle. Dérivé de langue. Faculté propre à l’espèce humaine d’exprimer et de communiquer sa pensée par des mots ; emploi que l’homme fait des sons et des articulations de la voix pour user de cette faculté.
naturel (adj) : XIIe siècle, natural. Emprunté du latin naturalis, « de naissance, naturel ». Par ext. Que l’on possède d’emblée, et, par suite, qui semble sans affectation, sans contrainte, sans effort.
2. Langage dont les règles sont basées sur l’usage courant sans être spécifiquement définies.
3. Ce terme est utilisé en intelligence artificielle pour qualifier les langages humains écrits et parlés et les distinguer des langages de programmation artificiels. Un des buts majeurs des travaux en intelligence artificielle est la fabrication d’ordinateurs communiquant en langage naturel ; l’apprentissage de ce type de communication avec la machine demanderait un effort minimum de la part d’un utilisateur novice.
4. Il existe deux types de programmation du langage naturel ; celle qui est effectuée par les grosses compagnies comme IBM et Apple, sur laquelle on ne possède bien souvent que quelques indications, et celle élaborée par les milliers de créateurs, souvent amateurs, de “chatbots” (programmes conversationnels). Celle-ci peut susciter l’intérêt du non-programmeur désireux de s’initier à cette discipline, car les outils sont disponibles et les procédés bien balisés.

S : 1. DAF. 2 et 3. GDT. 4. http://www.internetactu.net/2012/09/05/lavenir-de-la-programmation-36-programmer-le-langage-naturel/ (consulté le 6.07.2014).

SYN :
S :

RC : informatique, intelligence artificielle, langage artificiel.