souche
411 Visualisations

CG : nf

CT : Les Finlandais ont par exemple mis au point une logistique dédiée à la valorisation des branches et des souches d’épicéa. Cette biomasse est estimée de 40 à 60 tonnes par hectare avec un coût d’exploitation comparable à celui des rémanents en le rapportant au MWh livré à la chaufferie (12 euros environ par MWh). Pour le pin maritime sur le massif landais, la biomasse annuelle de souches mobilisable après coupe rase est estimée à environ 300 000 tonnes. Ce gisement est d’autant plus significatif que le nettoyage des parcelles après tempête offre un contexte plus que favorable. – See more at: http://www.mat-environnement.com/materiels/article/2012/02/27/68400/ase-souche-une-ressource-encore-sousvalorisee.php#sthash.2rBIrrL2.dpuf »>http://www.mat-environnement.com/materiels/article/2012/02/27/68400/ase-souche-une-ressource-encore-sousvalorisee.php#sthash.2rBIrrL2.dpuf.

S : http://www.mat-environnement.com/materiels/article/2012/02/27/68400/ase-souche-une-ressource-encore-sousvalorisee.php (consulté le 02.10.2014).

N : 1. Fin XIe siècle, çoche « partie du tronc qui reste en terre après qu’on a coupé l’arbre » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 218).
2. La souche comprend la souche proprement dite, à une hauteur de découpe fixée par les usages locaux, et toutes les racines. À des fins pratiques, les racines au-dessous d’un diamètre minimal donné sont souvent exclues.
3. Dans le domaine de la Foresterie>Abattage des arbres, le mot étoc est synonyme de souche et désigne la partie du tronc de l’arbre qui reste adhérente au sol après que l’arbre a été coupé.

S : 1. CNRTL 2. FAO – http://www.fao.org/docrep/p3350f/p3350f05.htm (consulté le 2.10.2014). 3. GDT.

SYN : étoc

S : GDT

RC : biomasse, coupe rase, ébourgeonnage, élagage, émondage, énergie de biomasse, gaule.