capteur horizontal
272 Visualisations

CG : nm

CT : Trois techniques sont possibles pour capter l’énergie dans le sol :

  • Un capteur horizontal constitué de plusieurs boucles enterrées à environ 0,60 à 1 mètre de profondeur (selon le climat, la nature du sol et l’exposition) dans lequel circule le fluide caloporteur. La surface nécessaire, compte tenu des normes actuelles d’isolation et selon le lieu, vaut environ à 1,4 à 2 fois la surface à chauffer. Étant donnée la faible profondeur de l’enfouissement, et la surface de captage limitée, l’énergie géothermique proprement dite ne revêt qu’un rôle secondaire. On parle alors d’énergie géosolaire. En effet, le système récupère dans le sol l’énergie calorifique apportée par le soleil, la pluie par l’infiltration et le vent. La surface dédiée au capteur doit être autant que possible ensoleillée elle ne doit pas être arborée pour éviter d’une part la dégradation du capteur par les racines et d’autre part sa perte d’efficacité par manque d’apports solaires.
  • La récupération d’énergie géothermique peut également se faire sur sondes thermiques verticales. La sonde est enterrée verticalement jusqu’à une profondeur variant de 50 à 100 mètres, ce qui permet de se libérer des variations de la température externe. Cette solution utilise une trèsfaible surface au sol et est idéale en terrain rocheux. Les besoins thermiques peuvent demander la mise en place de plusieurs sondes suffisamment éloignées et raccordées en parallèle.
  • Enfin, l’eau des nappes phréatiques est une excellente source d’énergie géothermique. L’installation de pompage nécessaire au fonctionnement du groupe géothermique permet dans certains cas d’utiliser l’eau du forage à des fins domestiques.

S : http://perso.limsi.fr/bourdin/master/systemeschauffagethermodynamiques.pdf (consulté le 12.06.2014)

N : 1. Les capteurs horizontaux et verticaux ont la même finalité à savoir capter la chaleur grâce à un fluide qui circule en circuit fermé pour la restituer. La performance ou niveau d’économie d’énergie est appelée COP.
2. Le capteur horizontal est très différent du capteur vertical. En effet, d’un point de vue légal, les capteurs horizontaux sont soumis à demande de travaux en mairie et doivent suivre les arrêtés municipaux et préfectoraux. Les capteurs verticaux quant à eux sont considérés comme forages à usage domestique. Les démarches sont plus contraignantes. Les demandes de travaux sont les mêmes que pour les capteurs horizontaux, mais ils sont également soumis à déclaration préalable auprès de la DRIRE (Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de L’environnement).

S : 1 et 2. http://www.quelleenergie.fr/questions/difference-capteurs-verticaux-horizontaux-pompe-chaleur-geothermique (consulté le 12.06.2014).

SYN :
S :

RC : capteur vertical, géothermie.