dioxyde d’azote
273 Visualisations

CG : nm

CT : Les NOx regroupent le monoxyde d’azote (NO) et le dioxyde d’azote (NO2). Les émissions de NOx, principalement issues du secteur des transports, ont baissé de 47 % depuis 2000. Sur la même période, les concentrations en NO2 dans l’air ont également diminué, mais dans une proportion plus faible. Les normes sanitaires ne sont pas respectées en 2015 sur 8,4 % des stations de mesure, principalement situées à proximité du trafic routier. Néanmoins, ce pourcentage a baissé depuis 2000 dans les agglomérations de plus de 50 000 habitants. Aucun épisode de pollution au NO2 d’ampleur nationale n’a été mesuré en 2015.

S : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/227/1101/pollution-lair-oxydes-dazote.html (consulté le 10.12.2016)

N : 1. dioxyde (nm) : dioxyde (nm) : Du préfixe di- et du mot oxyde.
de (prép.) : IXe siècle. Du latin classique de, préposition qui marquait la séparation, l’éloignement, l’union, l’association, la partition, la conséquence, l’origine, et qui a servi, dès la période classique, dans la langue familière, à renforcer les formes d’ablatif, puis a concurrencé, en bas latin, le génitif partitif et de possession.
Devant une voyelle ou un h muet, s’élide en d‘ (le vent d’ouest, une affaire d’honneur). Se contracte, avec l’article défini masculin singulier Le, en Du (la porte du logis) et, avec l’article défini pluriel Les, en Des (la vie des animaux).
azote (nm) : XVIIIe siècle. Dérivé savant du radical du grec zôtikos, « vital », lui-même de zôê, « vie », avec le préfixe a- privatif.
CHIM. Corps simple, inodore, en général chimiquement inerte aux basses températures, constituant en volume 78 % de l’air atmosphérique, dont on le sépare par liquéfaction et distillation (symb. N ; n° at. 7 ; m. at. 14).
2. Gaz brun rougeâtre ayant une odeur caractéristique et fortement toxique à concentration élevée.
3. Les oxydes d’azote sont d’origine naturelle (activité bactérienne, éruption volcanique, foudre) ou humaine (automobiles, centrales thermiques, etc.). La plupart des oxydes d’azote sont gazeux à température ambiante. Certains de ces composés sont formés lors de réactions entre l’azote et l’air, et l’émission de ces gaz constitue une source importante de pollution atmosphérique. Le monoxyde d’azote et le dioxyde d’azote sont les deux principaux polluants. C’est pourquoi le terme oxyde d’azote est souvent utilisé pour désigner ces deux composés. Le dioxyde d’azote joue un rôle important dans les réactions chimiques atmosphériques produisant l’ozone et le smog.
4. L’évolution des concentrations de NO2 :
La moyenne annuelle des concentrations en NO2 a diminué de façon progressive depuis 2000 pour tous les types de stations confondus (fond urbain, fond rural, à proximité d’industries et à proximité du trafic routier), avec une année 2003 atypique.
En 2015, la moyenne annuelle en fond urbain est de 20 µg/m3 contre 42 µg/m3 à proximité du trafic routier. À proximité du trafic routier, les concentrations moyennes annuelles sont 2 fois plus élevées qu’en fond urbain.

S : 1. https://fr.wiktionary.org/wiki/dioxyde (consulté le 12.12.2016) ; DAF (consulté le 10.12.2016). 2 et 3. GDT – http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8364224 (consulté le 10.12.2016). 4. http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/227/1101/pollution-lair-oxydes-dazote.html (consulté le 10.12.2016).

SYN : peroxyde d’azote

S : GDT – http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8364224 (consulté le 10.12.2016)

RC : atome, biosphère, contaminant, ionosphère, mésopause, mésosphère, oxyde d’azote, oxyde nitreux, ozone stratosphérique, ozone stratosphérique, ozone troposphérique, pluie acide, pollution, pollution de l’air, stratosphère.